Mes derniers avis :

Mes derniers avis :

mercredi 29 mai 2013

Antéchrista

Antéchrista
Amélie Nothomb

__ Quatrième de couverture :  

Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant.
Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre. Comptons sur la romancière de Stupeur et tremblements (Grand Prix du roman de l'Académie française) et de Robert des noms propres pour mener à son terme cet affrontement sans merci, et nous donner du même coup un livre incisif, à la fois cruel et tendre, sur les douleurs de l'adolescence.


Une lecture plutôt mitigée...

_ Amélie Nothomb est une auteure que j'aime beaucoup. Je n'ai jamais été déçu pas l'un de ses livres. Le résumé de Antéchrista me tentait bien, alors je me suis lancée.

__ Il s'agit de l'histoire de Blanche. Jeune fille de 16 ans en avance scolairement, elle va déjà à l'université. C'est la fille très réservée, qui n'a pas vraiment d'ami et que l'on ne remarque pas forcément dans un amphi de 500 personnes. Un jour, Christa qui suit les mêmes cours qu'elle, vient lui parler. Christa est l'opposé de Blanche : elle est belle, elle a plein d'amis, c'est la fille populaire. Blanche n'en revient pas que Christa puisse s'intéresser à elle. Mais Christa se révèle très vite être une grande manipulatrice, menteuse, c'est le diable en personne (d'où le titre : Antéchrista), et Blanche se retrouve bien vite prise au piège.

__ Bon, je suis assez mitigée sur ce livre. En fait, je ne sais pas trop quoi en penser. J'ai trouvé le début trop brutal, et j'ai vraiment eu du mal à comprendre les réactions de certaines personnages. Tout se passe trop vite au début. Dès le premier jour de leur rencontre, Blanche invite Christa chez elle à dormir. Et dès ce premier soir, c'est la première scène d'humiliation pour Blanche. Christa demande à Blanche de faire quelque chose de terriblement dérangeant, voire malsain. Je n'ai pas compris la réaction de Blanche qui se laisse faire. Moi j'aurais foutu deux claques à Christa et je l'aurais viré de chez moi. Blanche préfère se laisser faire. Et la pire des réactions, c'est celle de la mère de Blanche qui voit toute la scène. Alors là, j'ai pas compris. Elle ne fait absolument rien pour aider sa fille, ça m'a choqué.

__ L'action est donc pour moi trop rapide. Il suffit d'un soir pour que les parents de Blanche adorent Christa. Quant à Blanche, son caractère trop réservé fait qu'elle met trop de temps à s'affirmer. Elle ne cesse de s'apitoyer sur son sort, parfois je trouvais cela agaçant. Mais en même temps je ne pouvais pas lui en vouloir, parce que la pauvre semble vraiment mal dans sa peau. Puis vient le moment où, enfin, elle se "rebelle" en quelque sorte. Là, ça devient intéressant.

__ Petite anecdote de ma part (peut-être que j'ai tord) : je me suis demandée si Nothomb ne faisait pas quelques allusions à Christiane F. Déjà, le prénom Christa proche de celui de Christiane. De puis, le copain de Christa s'appelle Detlev, comme celui de Christiane F. Christa vit en Allemagne, comme Christiane F. Puis Christa dit que son copain ressemble beaucoup à David Bowie, et Christiane F. est fan de Bowie. J'ai bien aimé ces rappelles à Christiane F. qui est l'un de mes livres préférés.

__ Pour conclure, j'ai eu un peu de mal pendant la première partie du roman. Je me suis demandée si des gens aussi méchants que Christa pouvaient exister ! Elle est vraiment l'incarnation parfaite de la méchanceté. Puis Christa c'est aussi le féminin de Narcisse... J'ai vraiment préféré la deuxième partie du livre, lorsque Blanche comprend que quelque chose cloche avec Christa, et tous les événements qui s'en suivent. Ce livre aborde donc les souffrances de l'adolescence, et parfois ça nous met mal à l'aise. Ce que j'aime toujours autant chez Nothomb, c'est sa plume, la façon dont elle formule les phrases... Pour moi ce n'est donc pas le meilleur livre de l'auteure, mais ça reste quand même une lecture sympa.
__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Et voici un passage qui a retenu mon attention...

"Comme le rôle du Christ était joué par Antéchrista, j'étais forcément Balthazar, le Roi noir, puisque je m'appelais Blanche."
__________________________________________________________________________________________________________________________________________ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire